0 6 minutes 3 mois

Awa Diassy s’engage pour sensibiliser les jeunes femmes et jeunes hommes sur la santé sexuelle. Son objectif ? Que tous et toutes aient accès aux bonnes informations et aux services de santé.

Awa Diassy est paire éducatrice pour le projet ENSEMBLE, un projet de santé sexuelle et droits de la reproduction. Dans la région de Kolda, au Sud du Sénégal, elle sensibilise et forme les autres jeunes en leur transmettant les informations liées à ces sujets.

Parler au nom de celles qui souffrent en silence

Awa pose devant une œuvre murale peinte pour sensibiliser aux violences sexuelles. © A. Faye / HIEn 2017, Awa adhère au centre Conseil Ado, partenaire de HI dans le cadre du projet ENSEMBLE. Elle y bénéficie de formations sur la santé sexuelle, la communication, le leadership et le développement personnel. Avec les connaissances et les compétences qu’elle y acquiert, elle crée un club de jeunes filles dans son quartier. Elle y organise de nombreuses activités et, grâce à cette expérience, elle devient paire éducatrice.

« J’ai adhéré au centre car je voulais participer à la lutte contre les mutilations génitales féminines dont je suis moi-même une survivante. Puis, en 2010, j’ai vu comment ma petite sœur a été excisée. La mutilation s’est mal passée : elle a subi une hémorragie et a failli perdre la vie. C’est ça qui m’a motivée et poussée à adhérer au club. Je me suis dit qu’il fallait tout faire pour que nos petites sœurs, que toutes les petites filles qui viendront après nous, ne subissent jamais le même sort. En tant que survivante, je peux descendre sur le terrain et discuter avec les parents des conséquences de cette pratique. »

En tant que jeune fille leader, Awa parvient à discuter avec sa grand-mère qui avait des idées différentes sur la pratique et refusait totalement de communiquer avec elle. Cela a pris beaucoup de temps mais elle a réussi à la faire changer d’avis.

« J’ai aussi pu faire des activités avec les jeunes filles qui rencontrent beaucoup de problèmes au sein de la communauté. La plupart des filles sont des victimes et, pour régler cette problématique, il faut les mettre sur le devant de la scène. Beaucoup de filles souffrent en silence et je dois parler au nom de celles qui n’ont pas la chance de s’exprimer. »

Un travail de sensibilisation qui porte ses fruits

Dans le cadre du projet ENSEMBLE, HI a formé 40 pairs éducateurs et éducatrices à la santé sexuelle et de la reproduction. À leur tour, en une année, ils et elles ont sensibilisé 1 098 jeunes dans le département de Kolda.

« Dans nos communautés, il y a une rupture de communication entre les parents et les enfants. Les jeunes manquent d’informations. Aujourd’hui, mon devoir est de descendre sur le terrain et de les sensibiliser, de les informer sur les conséquences des mariages précoces, des grossesses précoces et des mutilations génitales féminines », explique Awa.

Causerie entre jeunes organisée à Kolda. © A. Faye / HIPour elle, il est impératif de faire comprendre aux jeunes qu’ils ont le droit d’aller à l’hôpital et d’avoir accès aux services de santé. Aujourd’hui, beaucoup de jeunes fréquentent les structures et les espaces ado afin d’obtenir des informations liées à la santé de la reproduction.

Awa s’engage aussi pour aider les jeunes filles à connaître et à adopter une bonne hygiène menstruelle, ainsi qu’à éviter les infections sexuellement transmissibles. Elle fait du plaidoyer au nom des filles qui vivent dans des villages plus reculés pour que les activités proposées par HI et par les autres organisations soient également proposées dans ces localités.

« Les filles ont compris qu’elles doivent être sur le devant de la scène. C’est nous qui pourrons casser le tabou qui persiste entre nous et nos parents. Nous devons aussi montrer aux jeunes garçons que nous avons confiance en nous et que nous sommes prêtes à changer la donne. Nous voulons avoir accès aux instances de décision et pouvoir décider pour nous-même », conclut Awa.


Amorcé en 2020, le projet « Éducation nécessaire à la santé sexuelle et reproductive équitable pour devenir maître de son bien-être et libre de ses choix » vise à améliorer l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive et aux droits connexes, en mettant l’accent sur les femmes et les adolescentes, y compris celles avec un handicap. Il est financé par Affaires mondiales Canada et mené aussi au Togo et en Côte d’Ivoire, en partenariat avec CARE Canada. Le projet adopte une approche de changement de comportement social fondée sur une participation active des bénéficiaires et une analyse basée sur le genre, incluant les groupes exclus comme les personnes handicapées. À ce jour, le projet ENSEMBLE, c’est :

  • 207 dialogues communautaires organisés,
  • 262 agents et agentes de santé communautaires et pairs éducateurs et éducatrices formées,
  • 2 382 bénéficiaires des services de contraception accompagnés,
  • 23 635 personnes sensibilisées,
  • 3 pays couverts : Togo (région maritime), Côte d’Ivoire (région de Gbeke) et Sénégal (région de Kolda).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *