0 4 minutes 6 mois

Les journées scientifiques organisées par le Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls) au Centre Abdou Diouf de Diamniadio ont constitué des moments d’échanges et d’explications pour les jeunes touchés par le Vih Sida. Dr Karim Diop, secrétaire général du Centre de recherche et de formation de Fann (CRFF) en a profité pour alerter sur un phénomène importé d’Europe et qui menace la jeunesse sénégalaise : le « Chemsex ».

Chemsex : Encore une trouvaille des jeunes en quête de sensations fortes. Une problématique sanitaire qui a permis à un médecin sénégalais en l’occurrence le Dr Karim Diop, secrétaire général du CRFF de sonner l’alerte face à un phénomène qui a eu lieu en Europe et qui est en train de faire tache d’huile notamment au Sénégal. « Le Chemex » est une pratique venue d’Europe qui voit les jeunes se regrouper les vendredi, samedi et dimanche. Une fois ensemble, des drogues dures sont utilisées pour rester éveillées et euphoriques tout le week end. « C’est le phénomène dit de la désinhibition qui donne des sensations de bien-être ». D’après le secrétaire général du Crff « ces week end de grande euphorie peuvent constituer de nouveaux lieux de développement du vih sida ». Et le médecin de prévenir que si ces pratiques sont répandues, elles peuvent contribuer à augmenter le taux de prévalence du Sida chez les jeunes de la tranche d’âge de 15 à 45 ans. Toujours aux yeux de Dr Karim Diop, de nombreuses pathologies peuvent également se développer chez cette tranche d’âge à savoir les IST puisque plusieurs rapports ont eu lieu entre participants. Face à cette menace, Dr Karim Diop en a profité de cette tribune pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur les dangers qui guettent les jeunes souvent tentés d’organiser souvent des piscines party aux Almadies, Saly Portudal…

« Nous avons les capacités à faire face grâce à un personnel de qualité »

Par ailleurs, appelé à animer aussi une conférence de presse lors des journées scientifiques sur le thème « la place de la science dans la préparation à une pandémie et comment renforcer les systèmes de santé », Dr Diop, se fondant sur des propositions émises en pleine pandémie de Covid 19, a indiqué que les scientifiques ont une science infuse en donnant conseils grâce à leur expertise et expérience. De son avis, « il faut qu’on écoute ceux qui savent » et d’ajouter « anticiper, c’est prévoir et notre système a été résilient au moment où l’on prédisait une catastrophe pour l’Afrique ». « Nous avons les capacités à faire face grâce à un personnel de qualité ». Le médecin de faire remarquer que les renforcements de capacités ont permis de contrer cette pandémie dès les premiers mois de son apparition. Ce qui a permis d’ailleurs de relever selon toujours lui les défis liés à la vaccination, aux effets secondaires et à la vaccination vis-à-vis du personnel. Le médecin a également prévenu sur les autres maladies qui peuvent faire des ravages en citant l’exemple d’Ebola. De quoi lui a permis de plaider en cas de pandémie à véhiculer la bonne information, identifier les personnes habiliter à communiquer et avoir des stratégies pour ne pas apeurer les populations.

                                                                                                                                                                     

Cheikh Tidiane MBENGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *