0 3 minutes 2 mois

De   quoi   souffrent   les   politiques   de   santé d’Afrique.  Nul autre cadre qu’Afriksanté.org ne pourrait   apporter   les   réponses   à cette question qui   s’est   internationalisée.   En s’engageant dans un diagnostic multidisciplinaire, ce journal en ligne fort opportun sera spécialisé sur les questions de santé et va s’engager sans masque   dans   les   dédales, les   labyrinthes   des politiques de santé en Afrique. Avec des   rubriques allant du   traitement factuel de   l’actualité, aux   enquêtes   en passant   par   de grandes   interviews, de   reportages, des   vidéos sans   oublier   une   belle   part   laissée   à   la « prévention », et   une   plage   pour   la   médecine traditionnelle ainsi que le forum des scientifiques vont aborder le mal sous plusieurs approches. En un   mot   des   journalistes   et   scientifiques chevronnés   du   continent   vont   faire   le   point   et chacun sera tenu de poser le casse-tête sanitaire de son pays. Les expériences et échanges sur les sujets à traiter seront édifiants pour que chaque pays puisse trouver le bon bout. Du Sénégal, au Mali, en   passant   par   la   Mauritanie, la   cote d’ivoire, le Nigéria, le   Maroc, la   Tunisie, la Gambie, ou   encore   l’Algérie, le   mal   sera diagnostiqué. Il reviendra donc à ce journal de se questionner   pour   voir   comment   redresser   les déséquilibres   constatés   dans   le   métabolisme des politiques de santé africaine. Tout comme ce site d’informations spécialisées devra favoriser la production des données techniques, médicales   et   scientifiques   et   le mettre à la disposition de ses lecteurs. C’est dans cette dynamique que s’inscrit AfriKsanté.org, cet instrument de globalisation qui devrait permettre aux   états   africains   de   fédérer   et   d’harmoniser leurs   politiques   de   santé.   C’est   la   seule   voie médiatique   incontournable   pour   une   meilleure survie des populations   africaines qui   font   appel de   plus   en   plus   à   des   réformes   en   profondeur. Avec ou sans interventions chirurgicales, ce sera aux politiques de décider. Ils sont là pour ça. En principe

                                                                                                                                         CHEIKH TIDIANE MBENGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *