0 3 minutes 6 mois

Humaniser les relations entre personnes séropositives et personnel de santé, jouer le rôle de tampon quitte à organiser des visites à domicile, jouer à fond la carte de la médiation soit autant d’actions menées à l’endroit des personnes infectées. Dr Renaldo Sanchez, coordonnateur des cliniques communautaires à l’Alliance Nationale des Communautés du Sénégal, revient sur leur rôle dans la lutte contre le VIH sida.

Dans un entretien accordé à Afriksnté, le Dr Sancher a soutenu que pour être au rendez-vous de 2030, il faudra régler les problèmes liés à la tuberculose, au paludisme, aux hépatites, au sida, en créant des cadres d’échanges. Ce qui va permettre de mener à bien les missions sur le terrain. Le coordonnateur des cliniques de l’Ancs a aussi insisté sur l’approche de la communication ainsi qu’à la diffusion de la bonne information de façon stratégique. Ensuite, ce dernier de faire remarquer que « les efforts consentis sur le terrain doivent être efficients avec une coordination et une harmonisation des différentes synergies ». Faute de quoi on agit en rangs dispersés a-t-il prévenu. Dr Renaldo Sanchez de préciser en outre que :  » nous devons fédérer nos forces car les bénéficiaires sont les mêmes car le communautaire doit apporter une plus-value dans la lutte contre le VIH.« 

Revenant sur les relations avec le Cnls, Dr Renaldo d’arguer que :  » le Cnls sert de réceptacle principal du Fonds Mondial alors que nous, nous sommes la société civile et les financements passent par l’État. » En termes d’apports concrets, il a estimé que l’accès aux soins et le dépistage représentent le 1er des 95 grâce à l’autotest du vih grâce à leurs facilités. Tandisque le second point du 95 sur comment accéder aux soins a donné des résultats grâce aux médiateurs à l’hôpital et à la dispensation des antirétroviraux (Arv) au sein des communautés. Enfin, le 3 ème 95 porte sur la charge virale qui est un indicateur par rapport à la prise en charge. C’est le U=U ou l’indectabilité et l’intransmissibilité.

                                                                                                                                                                      Ibrahima DIOP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *