0 3 minutes 5 jours

La nomination d’un économiste à la place d’un médecin spécialiste au poste du chef de la division de la lutte contre le SIDA continue de soulever des vagues de contestation. Après la sortie du syndicat des médecins du Sénégal, c’est au tour du réseau des Pvvih de hausser le ton à travers un communiqué de presse publié ce mardi sur cette mesure que vient de prendre le ministre de la Santé et de l’Action sociale.  

Le Réseau national des associations de personnes vivant avec le VIH, organisation qui s’active pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) et des groupes vulnérables du vih au Sénégal, constate avec “étonnement” le récent changement du chef de la Division de lutte contre le SIDA et les Infections Sexuellement Transmissibles par un agent économiste.

Dans un communiqué publié ce mardi 9 juillet, ledit réseau rappelle que “les PVVIH constituent une couche vulnérable dont la prise en charge et l’accompagnement nécessitent une maitrise parfaite de la cascade de soins et des avancées opérées dans le domaine scientifique”. Par conséquent, le réseau marque son désaccord à la suite de cette nomination et exhorte le ministre de la Santé et de l’Action sociale “à ne ménager aucun effort pour le maintien des acquis dans la prise charge du Vih/Sida ainsi que la protection des personnes touchées par la maladie”. La source  de préciser qu’ “avec l’appui et le travail incontournable de cette division technique que dirige un médecin infectiologue de renommée internationale, des avancées notaires ont été enregistrées dans la prise en charge  des personnes infectées tout comme une décentralisation des soins au niveau du territoire national a été constaté”. De quoi permettre au réseau des Pvvih de soutenir que « le Sénégal est sur la bonne voie dans l’atteinte des objectifs des trois 95 d’ici 2030. » Le Réseau rappelle enfin au ministre Ibrahima Sy, son devoir de protéger cette couche vulnérable et de ne pas poser aucun acte qui va à l’encontre du maintien des personnes infectées par la maladie dans les sites de prise en charge.

I SAIDY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *