0 5 minutes 1 semaine

A Mbacké, deuxième département le plus peuplé du Sénégal après la capitale Dakar, les infections sexuellement transmissibles (IST) dont le VIH SIDA connaissent une forte poussée chez les adolescents et jeunes. Les révélations de la Coordonnatrice du Centre conseil adolescents (CCA) indiquent que la maladie poursuit son bonhomme de chemin. “70 jeunes, dont l’âge est compris entre  14 et 24 ans, ont été testés positifs au VIH SIDA l’année dernière. Ces jeunes sont pour la plupart des filles célibataires en état de grossesse” a confié jeudi aux journalistes Ndéye Arame Sy Ndao. C’était à l’occasion d’une visite de terrain organisée par la Direction de la santé de la mère et de l’enfant (DSME) en collaboration avec l’association des journalistes en santé, population et développement (AJSPD). 

A Mbacké la prévalence du Vih Sida inquiète de plus en plus avec un chiffre de 70 nouveaux cas de séropositifs en 2023 et 7 pour le mois de juin dernier. En s’exprimant sur cette problématique lors de sa rencontre avec la presse, Ndeye Arame Sy Ndao coordonnatrice du Centre Conseil Ado n’a pas manqué de plaider le besoin pour ces dernières d’être accompagnées au plan psychosocial jusqu’à la naissance de l’enfant. A ce propos, elle a fait savoir que le centre n’a pas toujours les moyens de sa mission et ceci en l’absence de partenaires.

Dans ce lot de 70 jeunes infectés figurent aussi des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, a ajouté la coordonnatrice du CCA de Mbacké qui atteste de l’existence de ce phénomène dans cette agglomération. Ces derniers, précise-t-elle, sont tous référés au niveau district où ils ont une prise en charge médicale adéquate.

D’après toujours Mme Ndao, les IST sont fréquents chez les jeunes dans ce département. Elle indique que 7 nouveaux cas de séropositifs ont été enregistrés en juin dernier. Ils sont en majeure partie des garçons. Parmi ces personnes infectées, on compte également un adulte de 49 ans, a renseigné Mme Ndao.

Pourtant, elle indique qu’environ mille paquets de 100 préservatifs sont distribués aux jeunes et adultes chaque année au niveau du Centre. D’où la nécessite pour elle de renforcer la sensibilisation auprès des jeunes adolescents.  “Le centre ne donne pas de préservatifs aux jeunes pour les pousser à la débauche, mais il le fait plutôt par nécessité pour éviter les grossesses précoces et les infections sexuellement transmissibles dans la mesure où ils ont du mal à s’abstenir” a-t-elle précisé.

Par ailleurs, poursuit la coordonnatrice du Centre conseil adolescents de Mbacké, les adolescents sont très touchés par les grossesses précoces et les mariages d’enfants. Ndéye Arame Sy souligne que le centre permet aux jeunes de s’exprimer sur leurs besoins en termes de santé de la reproduction puisqu’ils éprouvent une gêne pour se rendre dans les structures de santé avec une forte probabilité de croiser une connaissance. “Le centre est un cadre approprié pour eux de venir se confier à la coordonnatrice pour une prise en charge favorable et discrète de leurs préoccupations”, a-t-elle fait prévaloir.

Pour lutter contre les IST/VIH SIDA, le Centre conseil adolescents a renforcé la sensibilisation en élargissant sa cible jusqu’aux écoles situées aux alentours de Mbacké, excepté Touba en raison de la sensibilité de la question.

Abdoulaye SIBY 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *