0 3 minutes 5 mois

L’Organisation mondiale de la Santé (Oms) a tiré une nouvelle fois sur le signal face aux chiffrés d’infections de la Covid 19 qui ne cesse d’augmenter avec une hausse de 52 % des cas recensés en quatre semaines à travers le monde, la plupart dus à une nouvelle souche de coronavirus. Face à cette recrudescence de la pandémie, l’Oms alerte que le nombre de réel de personnes infectées pourrait être plus élevé, car la surveillance et l’enregistrement des données ont diminué dans tous les pays du monde.

D’après toujours la source de  l’Oms, ces données, qui couvrent les quatre semaines allant du 20 novembre au 17 décembre 2023, ont montré une augmentation de 850.000 nouveaux cas de COVID-19 signalés. Mais aussi importante qu’elle puisse paraître, l’augmentation est très probablement beaucoup plus importante, a déclaré un porte-parole de l’OMS. « Nous savons que dans le monde entier, et nous l’avons constaté dans beaucoup de nos propres pays, les déclarations ont diminué, les centres de surveillance ont diminué, les centres de vaccination ont diminué, ont été démantelés ou fermés… Cela donne une image incomplète et nous devons malheureusement nous attendre à plus de cas que ce que nous avons officiellement déclaré », a déclaré Christian Lindmeier de l’OMS.

Plus de 118.000 hospitalisations

L’agence sanitaire mondiale précise également « qu’entre le 13 novembre et le 10 décembre, plus de 118.000 nouvelles hospitalisations pour COVID-19 et plus de 1.600 nouvelles admissions dans des unités de soins intensifs ont été enregistrées, avec une augmentation globale de 23% et 51% respectivement dans les pays communiquant systématiquement des informations à l’OMS ». Pis, le rapport de l’Oms  signale qu’entre le 20 novembre et le 17 décembre 2023, 105 pays ont documenté des cas de COVID19 et 50 pays ont signalé des décès dus à cette maladie.  La plupart des infections ont été causées par une nouvelle souche du coronavirus appelée JN.1, que l’OMS surveille actuellement de près et qu’elle a déclarée « variant préoccupant » le 18 décembre en raison de l’augmentation rapide de sa prévalence au cours des dernières semaines. Selon toujours les informations disponibles, « le variant JN.1 a été détecté pour la première fois aux États-Unis et s’est ensuite propagé à des dizaines de pays. La souche a évolué à partir du variant Omicron, qui a été associé à un pic d’infections par la COVID-19 en 2022. »

C.T.MBENGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *