0 6 minutes 1 mois

Considérée parmi les maladies chroniques les plus dévastatrices, l’hépatite B, affole les compteurs en termes de morts. Après le vaccin pour les nouveaux nés, un autre espoir vient de pointer à l’horizon de la médecine traditionnelle avec Serigne Fallou Galass Fall qui, au bout d’années de recherches et d’échanges, a trouvé la  thérapie adéquate en venant à bout de la maladie à moins d’un mois de traitement. Explications!

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteur ?

Je suis un fils de Touba Al Mahroussa ayant fait des études coraniques dans plusieurs localités dont Diourbel à l’école Nième Cissé et Louga au Daraa de Serigne Samba Diagne avant de compléter ma formation spirituelle auprès de Serigne Sidy Mbacke. Je suis issu de famille religieuse. J’évolue dans beaucoup de domaines notamment la médecine traditionnelle. Cela me permet de voyager à travers le monde, d’échanger avec d’autres spécialistes. De ces échanges, j’en tire pas mal d’expérience avec des rencontres plus qu’enrichissantes. En pratique, j’ai pu engranger des résultats sachant que les connaissances sont là dans ce pays.

Parlez-nous de la médecine traditionnelle en Afrique?
La médecine traditionnelle africaine est importante face à beaucoup de maladies qui subsistent dans le monde notamment les maladies chroniques. La particularité de ces pathologies c’est qu’à partir d’une phase, avec la médecine  moderne, on vous administre des calmants sachant qu’ il n’y a plus d’issue pour le malade. Par contre, la médecine traditionnelle qui s’est développée ici peut apporter la solution contre ces pathologies. Chaque maladie a son remède selon le bienfait divin de la création. Le Prophète Mohamed (Psl)  a dit qu’avec la grâce d’Allah, les plantes qui poussent dans chaque pays sont une base de thérapie pour ses populations. Si nous délaissons ces potentialités, en tant que sénégalais et africains en général, d’autres les récupèrent,  les transforment à leur façon et nous les ramènent. Ces médicaments importés peuvent  soigner certes, mais leur efficacité est moindre. L’idéal est donc de les utiliser directement à partir d’ici.

Quel est l’apport de la médecine traditionnelle africaine en Occident?

La plupart des africains qui y vivent souffrent de maladies chroniques: diabète, hépatites, nerfs sciatiques,  arthroses, cancers, hernies, mal de dos etc. Pour traiter ces maladies,  on leur donne juste des calmants aux patients. Alors qu’au pays, les soins prendraient 2 à 3 semaines pour en guérir.

Est-ce que les populations occidentales connaissent la médecine traditionnelle africaine?
Ces populations ne connaissent généralement pas la médecine traditionnelle africaine. Mais, il arrive que dans la pratique, ils tombent sur des cas et en prennent connaissance.  Lorsque la maladie disparaît, ils posent des questions aux patients qui leur expliquent comment c’est arrivé.  Personnellement, je compte  beaucoup de patients vivant au Sénégal ou à l’étranger guéris de l’hématite B. Tous ceux qui fréquentaient mon cabinet en sont  guéris. Je lance au préalable le défi à mes patients de leur rendre le double de la somme consentie pour le traitement.

De nombreuses pathologies existent dans le monde, que peut apporter la médecine traditionnelle pour soulager les populations?
Nous n’avons pas beaucoup de moyens certes, mais nous avons des solutions. Tout est question de dosage et de respect des prescriptions écrites sur la notice, sinon il y’a les effets secondaires. Si c’est utilisé selon les indications du spécialiste, l’efficacité est garantie à 100%.  Les notices servent à cela. Quelque soit la qualité du médicament, si on ne respecte pas le dosage en tenant compte des composantes, cela ne peut pas donner des résultats escomptés. Par exemple, si vous utilisez le paracétamol de manière exagérée, il y aussi des risques. Lorsque la posologie est respectée, les résultats sont là. Avec les occidentaux,  dès qu’ils voient  des résultats probants, ils  posent les bonnes questions pour connaître le  procédé.

Parlez-nous des hépatites?

Il y a les hépatites A, B, C,D, E mais l’hépatite  A est moins grave et  moins fréquente. En revanche l’hépatite B plus décelée dans nos cieux,  je la soigne. Si vous avez 20 malades, amenez-les moi au cabinet et je leur donne 3 à 4 semaines pour guérir définitivement.  Je peux ajouter que les cas d’hépatite dont je parle sont celles qui arrivent à la naissance, à l’ âge de 20, 40 ans ou plus. Quelque soit l’hématite B, je la soigne par la  grâce d Allah..

Parlez-nous des symptômes de la maladie?
Les symptômes sont la fatigue, les nausées, les vomissements, les urines colorées, les problèmes au niveau des articulations, les yeux jaunes… Dans la médecine moderne, on te donne juste des calmants pour freiner la progression du virus. Il y a donc un danger pour la suite. Celui qui souffre n’a qu’à venir à Daroul Baraka et il sera bien traité. Nous détenons la science pour cela. Dieu merci! Le traitement est à base de poudre et d’eau. L’efficacité est garantie durant 4 semaines au plus.

Propos recueillis par Cheikh Tidiane MBENGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *